DISCOURS À MA NATION

Selman Reda | Cie l'individu | Les 1, 2, 3 & 4 février 2018

Discours à ma nation de Selman Reda | Cie l’individu

17/18, Théâtre

Présentation |
Sortie de résidence

Discours à ma nation est un projet de théâtre porté par le comédien Selman Reda, seul-en-scène mais accompagné d’un musicien live, Yann Synaeghel, pour jouer un texte inspiré de « Discours à la nation » d’Ascanio Celestini.

Dans son texte « Discours à la nation » Ascanio Celestini évoque la relation entre la classe dominante et la classe dominée. Mais il renverse cette fois -ci le point de vue classique en faisant parler les puissants.
En effet, dans des harangues enflammées ou des discours d’un cynisme suffoquant, ce texte donne vie avec férocité et un plaisir visible à ces politiciens ou chefs d’entreprise dont le discours, débarrassé de son vernis de respectabilité, se pare d’un grotesque aussi comique qu’effrayant. La docilité du peuple, la démission des syndicats, le marché globalisé, tout cela est salué par des personnages hilares et dénués du moindre remord.

Pour moi, la force de ce texte vient avant tout de sa langue : une langue percutante à l’humour ravageur, une langue riche pour un texte traversé de syllogismes, jeux de mots et métaphores. Un langage du pouvoir qui montre le pouvoir du langage, des mots qui qualifient le monde et qui suggèrent d’en changer pour changer le monde. Une forme écrite proche des plaidoyers électoraux explorant en profondeur la relation entre orateur et auditeurs. Une relation habilement décortiquée, avec toutes les situations grotesques qu’elle peut générer.

Entre conscience politique clairement affichée et sens aigu de la musicalité des mots, voilà une oeuvre pleine d’amour, aussi, celui des petites gens, un élan plein d’humanité, que je voudrais ré-interpréter à ma manière pour y faire figurer un parcours plus personnel. D’abord en faisant un choix dans l’ensemble des textes présents dans le recueil, ensuite en y ajoutant quelques textes personnels évoquant mon enfance et mon entrée sur le marché du travail dans ce monde globalisé. Narrer l’histoire fictive d’un prolétaire devenant patron par une cynique volonté, à partir d’éléments réels de mon passé.

Dans ce projet, la figure de l’orateur garde toute sa force, mais je voulais y adjoindre la poésie d’un musicien, poésie sonore à travailler en étroite relation avec les textes pour marquer parfois les abysses de non-sens de notre monde, parfois l’énergie des hommes, souvent les errements du citoyen lambda.

Selman Reda

Selman Reda |
Après une première carrière d’urbaniste, Selman Reda devient comédien. Il a commencé son parcours en tant qu’amateur, et ce n’est qu’après plusieurs années de pratique qu’il décide de se professionnaliser. Il collabore et travaille depuis plusieurs années avec des théâtres et différentes compagnies dans une relation à plusieurs dimensions. Il est très attaché à l’écriture à partir du réel, démarche selon lui qui consiste à proposer au public de tourner son regard vers des enjeux importants, ainsi que mettre au menu de la scène des sujets dont la pertinence est toujours vive, qui sont induits par la rencontre de l’autre dans sa propre réalité. Il connait bien le processus de création qui consiste à façonner les matériaux documentaires et réels au plateau. Il a participé à de nombreuses créations partagées produites par le Théâtre La Cité qui procèdent de ce type d’écriture, dont Paysages Humains avec Gilles Le Moher, Le(s) Visage(s) de Franck avec Charles-Eric Petit ou encore To Burn or not mis en scène par Michel André. Il a joué par ailleurs dans Le songe d’une nuit d’été, et Citizen K, avec la compagnie l’Individu, et mis en scène  avec la compagnie MAB, mis en scène Vers un chœur de femmes et Carte Blanche.
« J’ai tant de relations d’amour avec le théâtre, tant de projets que j’aime, tant de textes à écrire, l’écriture je l’explore sous toutes ses coutures, je m’efforce de rester relié aux questions d’aujourd’hui. Pour toutes ces amours, je joue, je mets en scène, j’écris, je téléphone, je vends, je comptabilise, je règle les projos, etc… » Selman Reda.

Yann Synaeghel |
Une première vie de footballeur dans laquelle existe déjà la musique, une pratique pluridisciplinaire de celle-ci accompagnée de l’écriture tantot en français, tantot en anglais. Auteur, compositeur, interprète, il monte différentes formations dont un duo trompette guitare accompagnant ses chansons à texte qui tournera quelques années, il participe également à plusieurs pièces de théatre.
« La musique, et le mot, comme un trait qui souligne, qui pointe, qui porte, qui fuit, qui zigzague, se perd, mais qui reste tracé dans le présent, là sous nos yeux. Je recherche la spontanéité, une authenticité, un jet qui se nourrit en moi mais ancré dans l’instant présent.Cette musique  est humble, à l’écoute. Le travail avec Selman REDA autour de Discours à ma nation va en ce sens, un jeu d’équilibristes entre écriture et place à l’imprévu, l’imperceptible. » Yann Synaeghel

 

 

Jeudi 1 FÉVRIER | 20h30
Vendredi 2 FÉVRIER | 20h30
Samedi 3 FÉVRIER | 20h30
Dimanche 4 FÉVRIER | 17h00

 

Tarifs | 12, 8, 5€

 

 

 

 

 

 

 

Dates Les 1, 2, 3 & 4 février 2018
Durée 1h00


La Cie L’individu
présente :
Une création de
et avec 
Selman Reda

Musicien live :
Yann Synaeghel